2 astuces imparables pour passer du fast fashion à la mode éthique

L’écologie a le vent en poupe ces dernières années. Il ne se passe plus un seul jour sans que les médias n’exhortent à la lutte contre la pollution et la sauvegarde de la planète. Tous les domaines d’activités sont interpellés, du tourisme à la mode en passant par les transports et l’industrie textile. Les grands stylistes l’avouent d’ailleurs, la mode de demain sera incontestablement éthique. Mais, comment passer du fast fashion à la mode éthique dans un contexte aussi dynamique ? Pour vous aider à relever ce défi, découvrez dans cet article nos 2 astuces pour vous lancer dans un dressing écoresponsable.

 

Bien choisir ses tenues

 

La toute première astuce pour passer du fast fashion à la mode éthique, c’est d’opter pour un dressing écoresponsable. En clair, avant de confirmer une commande ou de valider un achat, vous devez désormais choisir vos tenues en fonction de votre nouveau style de vie. Dans la pratique, il s’agira de :

 

Se renseigner sur les articles convoités

Autant vous l’avouez tout de suite, pour passer du fast fashion à la mode éthique, il vous faudra faire du renseignement votre passe-temps préféré. La vérité, c’est qu’aucune marque n’avouera à ses clients son désamour pour l’environnement et les contraintes y afférentes. Bien au contraire, toutes se diront écolos avec des termes aussi flatteurs comme « eco-friendly », « ever green » ou « vêtements durables ». Pour distinguer le bon grain de l’ivraie, il faudra vous renseigner sur chaque pièce convoitée, en vérifiant notamment :

  • son origine ;
  • sa matière de fabrication ;
  • son impact environnemental ;
  • et, les conditions de sa conception.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de nos jours de nombreux sites dédiés pour vous aider à avoir accès à ces informations. Pour preuve, en vous renseignant sur cette plateforme de traçabilité par exemple, vous vous assurerez de disposer toutes les informations nécessaires pour opérer votre choix. Mieux, vous aurez accès à des renseignements précis sur le cycle de vie des produits convoités dans un élan de transparence totale. Si vous avez du mal à vous retrouver, vous pouvez aussi vous renseigner sur les labels dont disposent les vêtements que vous comptez acheter. On retrouve en effet sur le marché aujourd’hui de nombreux labels destinés à aider le consommateur dans le choix de ses produits. En plus d’attester de la qualité des articles mis en vente, ils constituent également un repère quant aux conditions de fabrication. Dans le cas des produits issus de l’industrie textile, on peut citer :

  • le label OCS 100, conseillé pour l’identification des produits écologiques (95 à 100 % de matières biologiques) ;
  • le label Oeko-Tex, prisé pour sa rigueur dans la non-toxicité pour la santé et l’environnement des produits mis sur le marché ;
  • le très célèbre label GOTS, recommandé pour son exigence (présence d’au moins 75 % de fibres biologiques dans ses vêtements et aucune utilisation de produits toxiques lors de la fabrication), etc.

Achetez utile

Une fois renseigné sur l’article convoité, le moment est venu de vous questionner sur son utilité. En effet, à l’inverse du fast fashion où tout va vite, la mode éthique se veut plutôt slow down. Pour rester donc dans cette dynamique, il vous faudra privilégier la qualité au détriment de la quantité. En clair, avant chaque achat, vous devez vous interroger sur vos besoins en matière de vêtements et l’utilité des articles convoités. S’il advenait que vous disposez du nécessaire pour l’instant, il vous faudrait réfréner vos ardeurs et faire pression sur vous-même. C’est en effet le prix à payer pour vous conformer à votre nouveau style de vie.

 

Adopter une attitude écoresponsable

 

Pour passer du fast fashion à la mode éthique, il ne suffit pas de bien choisir vos vêtements. En plus de cet aspect, il vous faut adopter une attitude écoresponsable pour réussir votre pari. Dans les faits, il vous faudra notamment miser sur les vêtements de seconde main. Savez-vous que l’industrie textile est l’un des plus grands pollueurs au monde juste derrière l’industrie pétrolière ? Sinon, gardez désormais à l’esprit que près de 20 % de la pollution des eaux proviennent de la fabrication de nos tissus et vêtements. Pour remédier à cet état de choses, les vêtements de seconde main représentent l’une des meilleures alternatives qui s’offrent à vous. Utiles, ils vous permettent de profiter d’articles de qualité. Fiables, ils vous offrent l’opportunité de briser le cycle de la pollution en optant notamment pour le recyclage. Loin de vous demander de changer vos habitudes de façon radicale, il s’agit pour vous de privilégier les enseignes du slow fashion comme :

  • les magasins de friperie ;
  • les boutiques vintages, etc.

Après tout, il existe de millions d’habits qui ne demandent qu’à être portés, n’est-ce pas ! En les utilisant ne serait-ce que pour 9 mois, vous étendrez leur cycle de vie, ce qui vous permettra :

  • de réduire de l’ordre de 20 à 30 % les déchets textiles ;
  • et, de participer à la réduction des émissions de CO2.

De quoi devenir un acteur incontournable de l’écocitoyenneté, n’est-ce pas !