Des conseils d’experts pour s’intégrer au domaine médical

Il y a de nombreuses personnes pour lesquelles le domaine médical ou paramédical est une véritable passion. Consacrer du temps pour assister d’autres individus souffrants ou convalescents n’a jamais été de trop. Que soit à titre bénévole ou lucratif, ces personnes doivent donc saisir toutes les occasions pour réaliser leur rêve. Si vous désirez aussi vous intégrer au domaine médical, voici alors pour vous quelques conseils d’experts. 

 

Faut-il s’apprêter à un concours pour faire son immersion ?

 

Le principe d’intégration au système de la santé varie d’un secteur à un autre. De fait, si vous désirez suivre une formation dans le domaine Medical, il serait judicieux d’appréhender le mode de recrutement dans votre filière. Pour obtenir un diplôme de BTS ou de DUT, certaines spécialités font une sélection sur les plateformes dédiées. En amont, il faudra fournir un dossier portant les pièces telles que :

  • les résultats scolaires des classes de première et Terminale ;
  • la lettre de motivation ;
  • la fiche Avenir et bien d’autres papiers selon votre secteur.

Après cette phase, intervient l’entretien qui est l’étape ultime pour obtenir le quitus. Pour rappel, sont concernés par ce mode, les profils suivants :

  • le diététicien ;
  • le technicien de laboratoire ;
  • l’opticien-lunetier
  • et l’audioprothésiste.

Par contre, certaines écoles spécialisées dans l’ergothérapie et la psychomotricité conservent la méthode classique par concours.

 

Maximiser les chances de son côté

 

Puisque vous venez de comprendre que certains centres de formation exigent un recrutement par concours, vous pouvez toujours mettre toutes les chances de votre côté. En clair, il est possible de passer aux tests écrits autant de fois que vous le souhaitez, et ce, dans différentes spécialités. C’est d’ailleurs la formule la mieux recommandée pour, non seulement, maximiser ses chances, mais aussi se familiariser aux différents formats proposés. À titre d’exemple, certaines écoles proposent des évaluations avec des questions à choix multiples (QCM). D’autres par contre, se basent sur des questions de cours ou des exercices proprement dits. En outre, vous pouvez aussi sélectionner des universités qui proposent des épreuves communes. L’avantage ici se trouve dans le nombre important de places qui se proposent à vous par votre seul choix.

 

Se donner du temps pour la préparation de son examen

 

Votre intégration dans le domaine médical ou paramédical est un projet d’avenir. Pour cela, elle requiert une certaine discipline. Si vous avez mis tout le sérieux qu’il faut durant votre cursus scolaire, c’est alors le moment de faire un peu plus. En réalité, les inscriptions connaissent une croissance exponentielle au fil du temps. Lors des années précédentes par exemple, l’Institut Supérieur de Rééducation Psychomotrice (IRSP) a connu près de 1 500 dossiers. Pourtant, celui-ci n’avait que 370 places à pourvoir. Face à cette situation, les spécialistes-correcteurs ont dû miser sur l’excellence pour sortir la crème de la crème. Certaines voix estiment que cette réalité est encore loin de s’améliorer, vu le nombre de nouveaux bacheliers qui s’intéressent au paramédical. Compte tenu de tous ces paramètres, il est évident que les sélections seront plus strictes à l’avenir.

 

Faut-il obligatoirement un BAC scientifique pour passer les tests d’entrée ?

 

Le secteur médical ou paramédical est une filière qui fait appel à un nombre important de notions scientifiques. C’est pour cette raison que les détenteurs d’un baccalauréat scientifique ont plus de chances de réussir, parce qu’ils ont été habitués aux termes biologiques. Toutefois, les écoles donnent les chances à tous les jeunes désireux de faire leur intégration dans le monde médical. À cet effet, les candidats qui possèdent un diplôme technologique comme c’est le cas du ST2S peuvent sortir leur épingle du jeu. De même, ceux qui disposent d’un BAC littéraire tel que la série SES ont aussi une chance d’émerger. À plus forte raison, certains centres de formation en orthophonie ne proposent pas d’épreuves scientifiques. Dans le même temps, les filières comme la psychomotricité évaluent exclusivement sur des notions du Français et de biologie. Néanmoins, il faut que ces derniers profils suivent une période de préparation intense s’ils veulent voir leur rêve se réaliser.