Marché du CBD : une croissance exponentielle

Plus connu sous le nom de CBD, le cannabidiol n’est plus l’indésirable qu’il a longtemps été du point de vue des pouvoirs publics. Partageant la même source, à savoir la plante de chanvre, que le THC (tétrahydrocannabinol), il était confondu à ce dernier. En France comme ailleurs dans le monde, les études ont permis de mieux le connaître. Son intérêt sur le plan scientifique a tout bonnement favorisé l’autorisation de bien des produits à base de cette molécule dans plusieurs pays. Par conséquent, toute une industrie se met progressivement en place autour du CBD. Depuis quelques années, le marché du CBD connaît une évolution en Europe et particulièrement en France. Voici un article qui vous amène dans l’univers de cet extrait végétal !

Évolution de la législation sur le CBD : un facteur favorable au marché

Si le marché du CBD affiche une bonne santé, c’est parce que les vendeurs et les commerçants ont davantage de liberté qu’auparavant. Le secteur reste réglementé, mais bénéficie d’un certain assouplissement par rapport aux règles. En Europe, des nations comme la Belgique, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Finlande et la Pologne, entre autres, ont légalisé les produits contenant du CBD. Évidemment, ces produits sont autorisés sous certaines conditions. Il s’agit tout de même d’une grande avancée.

Dans ces pays, le marché du CBD a pris son envol depuis quelques années et est aujourd’hui assez dynamique. En France, la législation est restée floue sur certains aspects, ce qui a entraîné des incompréhensions au niveau des vendeurs et des consommateurs. En 2018, la Justice française a condamné deux commerçants d’huile de CBD, chacun, à une peine d’emprisonnement avec sursis et une amende. Les deux condamnés ont fait un recours devant la Cour d’appel d’Aix-Provence qui, elle, a saisi la CJUE (Cour de Justice de l’Union européenne).

Cette dernière a remis en cause la première décision de justice. Elle a stipulé que l’huile de CBD ne peut être considérée comme un stupéfiant au regard aux connaissances actuelles. L’État français a alors entrepris un projet de modification de sa législation pour se conformer aux observations de la CJUE. Le 22 décembre 2021, il a officiellement répondu aux recommandations avec un nouvel arrêté. L’adoucissement du cadre réglementaire est le premier vecteur de croissance du marché du CBD.

Les points à retenir sur la réglementation relative au CBD

Pour se lancer sur le marché du CBD en tant que commerçant, il est capital de connaître la réglementation. Et en tant que consommateur, il faut s’assurer de choisir une boutique de vente de CBD en ligne ou physique qui respecte les textes de loi. L’un des éléments auxquels faire attention pour le choix de produits à base de CBD, c’est le taux de THC. Ce dernier est une molécule qui peut avoir des effets psychotropes.

cbd et loi

Lorsqu’il est consommé à une certaine dose, le THC agit comme un stupéfiant. Selon la réglementation qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2023, le taux de THC autorisé dans le CBD est fixé à 0,3 % contre 0,2 % autrefois. C’est une évolution qui rendrait sans doute légaux de nombreux produits. Un autre point à retenir, c’est l’extension de l’autorisation d’exploitation à toutes les parties de la plante de chanvre (feuilles, fleurs, pollens, graines, fibres…).

Auparavant, seulement les graines et les fibres pouvaient être exploitées. Il faut néanmoins souligner que la loi précise que les feuilles et les fleurs doivent être utilisées, récoltées ou importées uniquement pour la production industrielle d’extraits de chanvre. Autrement dit, aucun individu n’a le droit de cultiver des fleurs et/ou feuilles de CBD pour sa consommation personnelle ou la vente en état brut.

La mobilisation des producteurs de CBD pour l’expansion du marché du CBD

Le CBD étant devenu un produit dont la valeur mercantile n’est plus à prouver, les commerçants sont de plus en plus nombreux. Si beaucoup d’entre eux importent la majorité de leurs produits, certains misent sur la production locale. En France, les producteurs s’organisent pour faire évoluer davantage la législation et le marché. Nous avons ainsi l’Union des industriels pour la valorisation des extraits de chanvre (UVEC) et le Syndicat professionnel du chanvre (SPC).

Ces organisations mènent des actions pour booster le secteur du CBD. Leurs responsables ont témoigné leur satisfécit après le récent assouplissement de la législation sur la molécule. Ils estiment malgré tout que la non-autorisation de la commercialisation de feuilles et fleurs de CBD brutes est toujours un frein au développement du marché. La mobilisation des producteurs d’extraits de chanvre témoigne de leur engagement pour la mise en valeur du CBD sous ses différentes formes.

Diversité des produits à base de CBD : l’une des raisons de l’éclosion du marché

Le marché du CBD doit en partie sa croissance à la variété des produits disponibles. Ces derniers sont de diverses natures, ce qui intéresse bon nombre de personnes. Malgré le fait qu’elles soient interdites jusque-là, les fleurs et feuilles de CBD sont présentes et demandées sur le marché. Il y a également, entre autres, des produits alimentaires tels que l’huile de CBD, les bonbons, les gâteaux…

produits à base de cbd

Par ailleurs, certaines pizzérias expérimentent de plus en plus des pizzas au CBD à Clermont-Ferrand, Nice, Rouen et dans d’autres villes. Et elles rencontrent du succès ! Il y a aussi la catégorie des produits de soins corporels à base de CBD. Elle renferme les baumes, savons, huiles de massage et crèmes riches en CBD. La molécule du CBD se retrouve donc dans quasiment tous les types de produits. Elle est en effet utilisée dans le but de soulager des douleurs, de se détendre, de favoriser le sommeil, etc.

Quelques chiffres sur le marché du CBD en France

La multiplication des boutiques de CBD en France est observable par tous. Internet favorise d’ailleurs le développement du marché du CBD, simplifiant notamment l’accès aux produits. Une enquête de Grand View Research montre qu’environ 10 % des habitants de France achètent du CBD. Cela correspond à 6 millions d’individus, un chiffre intéressant d’autant plus que le marché du CBD en France est encore à ses débuts.

En Europe, de façon globale, le taux de consommateurs équivaut à 16 % de la population européenne. Pour ce qui est du chiffre d’affaires dans le secteur du CBD dans l’Hexagone, il est estimé entre 100 et 150 millions en 2021 par Ludovic Rachou, président de l’UVEC. Celui-ci soutient que ces sommes devraient se multiplier par plusieurs dans les prochaines années (source : usinenouvelle.com).