Ne pas se démaquiller, c’est grave ?

 

 

Un tiers des femmes ne prendraient pas le temps d’enlever leur maquillage avant le coucher. Écart permis ou habitude à bannir ?

 

Bouder le démaquillant… à nos risques et périls !

Mauvaise nouvelle : il est absolument essentiel de se démaquiller tous les soirs, peu importe l’heure ou notre niveau de fatigue. Sinon, notre peau nous rappelle à l’ordre…

 

Notre peau devient moins lisse 

En gardant notre maquillage, on garde aussi le sébum et les traces de pollution accumulées pendant la journée, autrement dit, on réunit toutes les conditions pour empêcher nos pores de respirer. Résultat ? Elles se dilatent et deviennent plus visibles ou se bloquent et des imperfections : boutons, comédons, etc., apparaissent.

 

Notre teint perd de l’éclat

Les impuretés et les résidus qui restent sur notre visage avec le maquillage empêchent les peaux mortes de disparaître naturellement. Elles s’amassent donc sur notre peau et la recouvrent d’une sorte d’écran grisâtre qui ternit notre complexion.

 

Les risques d’irritation augmentent

N’ayant pas la possibilité de « récupérer » après les agressions subies le jour, la peau aura tendance à réagir en faisant des plaques ou des rougeurs. Les symptômes d’affections cutanées comme l’acné ou la rosacée peuvent également s’intensifier.

 

Le vieillissement s’accélère

La présence d’impuretés résiduelles altère la couche d’eau et d’huile naturelle qui permet à l’épiderme de remplir efficacement son rôle de barrière. La peau se déshydrate donc plus facilement, devient plus vulnérable aux micro-inflammations et résiste moins efficacement aux radicaux libres qui causent l’oxydation des cellules. La recette parfaite pour l’apparition précoce des signes de l’âge.

 

Des produits pour se démaquiller vite que son ombre

Le démaquillage nous pèse ? On se facilite la vie en optant pour ces formules rapides, efficaces et agréables!

 

Le lait démaquillant

Les épidermes sensibles aimeront ce produit fluide et enveloppant, qui hydrate tout en nettoyant en douceur. Un de ses principaux avantages ? Sa formule légère et non grasse qui, la plupart du temps, n’a pas besoin d’être rincée. 

 

Le gel démaquillant

L’option idéale pour les peaux mixtes, grasses ou sujettes à l’acné : le gel n’étouffe pas les pores, ne laisse pas de sensation collante ou huileuse et purifie la peau sans l’assécher. Donc, sans la pousser à produire plus de sébum pour compenser. Petit plus : la formule ultra fraîche est parfaite pour réconforter l’épiderme à la fin d’une chaude journée d’été !

 

L’huile démaquillante

La meilleure amie des peaux sèches… et la pire ennemie du maquillage hydrofuge ! Elle dissout sans difficulté les corps gras contenus dans les cosmétiques, tout en nourrissant l’épiderme et en équilibrant la production naturelle de sébum. Le plus beau ? Sa formule, qui passe souvent d’huile à lait au contact de l’eau, est conçue pour ne laisser aucun résidu gras : elle laisse la peau douce sans accentuer sa brillance.

 

L’eau micellaire

Cette solution sans savon et souvent sans parfum réunit les qualités d’un nettoyant et d’un tonique : les particules translucides qu’elle contient (les fameuses micelles) emprisonnent les impuretés et glissent sur la peau, restaurant ainsi sa fraîcheur et son éclat. Pour retirer un maquillage léger, on verse un peu de formule sur un coton, on frotte délicatement le visage avec des petits mouvements circulaires et le tour est joué ! (Bien entendu, l’opération peut être plus longue pour un maquillage complet, qui inclut fond de teint et cache-cernes.)

 

Les lingettes

Les compagnes de nos déplacements ! On les glisse dans notre sac pour la gym, le bureau ou un week-end à l’extérieur. On prend soin de choisir des lingettes adaptées au type de maquillage qu’on porte (longue tenue, hydrofuge, etc.) : sinon, gare au frottement excessif… et à l’irritation !

 

On dépose la formule démaquillante de notre choix sur une éponge ou dans le creux de nos mains et on la réchauffe pendant quelques secondes. On l’étale ensuite sur toute la surface à couvrir : le contour du visage, puis les joues, le front et si nécessaire, le cou.

 

On travaille du bout des doigts (ou avec un coton réutilisable) en décrivant de petits mouvements circulaires du cou vers la racine des cheveux et du nez vers les tempes. On accorde une attention particulière à la zone centrale du visage : front, nez, lèvres et menton.

 

On poursuit l’opération jusqu’à ce que notre visage ne porte plus la moindre trace de maquillage. Si on utilise des cotons, ils doivent rester immaculés après avoir servi.

Articles populaires

Catégorie