Comment les femmes entrepreneurs font-elles face à la stigmatisation sociale liée à la menstruation ? Si l’on en croit les magazines pour adolescents, les accidents classiques peuvent arriver à tout le monde, à tout moment, avec un effet extrême. Bien que de nombreux récits de tampons qui fuient imprimés dans ces magazines soient probablement extrapolés, toute personne qui a eu ses règles sait que même une préparation minutieuse ne garantit pas une vie sans fuites ni taches. Beaucoup de femmes ont même des « sous-vêtements menstruels » une culotte généralement décousue qui peut être portée pendant les règles. Mais au cours des dernières années, plusieurs nouvelles entreprises ont fait leur apparition, proposant des sous-vêtements pour aider à retenir les menstruations, à évacuer l’humidité et même à remplacer les tampons. Voici comment ils fonctionnent.

Il existe actuellement deux types de sous-vêtements de ce style. Ils reposent sur des matériaux spéciaux qui aident à absorber et à évacuer les fuites, voire à remplacer les tampons ou serviettes pendant les règles.

Lhistoire des culottes menstruelles

Le plus récent des modèles de sous-vêtement provient d’une société appelée PantyProp et a été inventé par Crystal Etienne. Elle avait eu cette idée un soir à la maison. « J’étais en train de regarder la télévision et j’ai baissé les yeux et j’ai vu ma maxi serviette sortir », dit-elle. « Et ce jour-là, ça m’a vraiment dérangé. Il n’y a pas moyen qu’en 2015 nous ayons encore ce genre de problème. » Etienne s’est donc décidée à acheter des sous-vêtements qui l’aideraient à garder sa serviette bien en place. « Je suis allée en ligne juste pour en obtenir un », dit-elle, et à sa grande surprise, elle n’a rien trouvé.

Etienne a dit qu’elle ne pouvait pas croire que ce n’était pas déjà sur le marché et a décidé qu’elle serait la seule à en faire une réalité. Elle avait déjà possédé des boutiques de lingerie, alors elle connaissait bien cet univers, mais elle n’avait jamais conçu son propre produit auparavant. « J’ai appelé 300 usines, un million d’emplacements pour enfin obtenir ce dont j’avais besoin », dit-elle. « J’ai juste commencé à aller les voir, en leur montrant ce dont j’avais besoin ».

Mais l’idée de PantyProp est incroyablement simple. Ce sont des sous-vêtements qui ont une fente pour un tampon à enfiler. Et pourtant, même avec cette idée simple, Etienne a déclaré qu’elle avait du mal à convaincre les concepteurs et les fabricants (principalement des hommes) qu’elle a rencontrés. Mais finalement, elle a eu quelques prototypes et a fait appel à ses amis et à sa fille de 18 ans pour les tester et lui faire part de leurs impressions.

Les deux premiers modèles de PantyProp – un bikini et un hipster – ont été mis en vente le 15 novembre. Etienne gagna 15 000 euros au cours des trois premières semaines.

Les différentes marques de culottes menstruelles

Cela nous amène au deuxième type de technologie menstruelle qui a explosé au cours des dernières années : les sous-vêtements pour aider à évacuer ou à absorber le sang. Il y a Dear Kate qui a pour but d’aider les femmes à faire face aux fuites, à l’incontinence et aux jours légers. Et il y a THINX, qui vise à aider les femmes à remplacer complètement les tampons. Ces deux sociétés ont recours à des matériaux et à des technologies légèrement plus sophistiquées pour créer leurs sous-vêtements évacuant l’humidité et les fuites. Julie Sygiel a commencé à travailler sur la culotte pour les regles en 2008, en tant qu’étudiante en génie chimique à la Brown University. Elle a ensuite transformé ce projet en une entreprise, l’appelant d’abord Période Sexy, avant de passer à un nom plus général, Dear Kate. THINX a été fondée par Miki Agrawal, un « entrepreneur en série » autoproclamé, inspirée par un incident survenu lors d’un pique-nique familial en 2005. « J’étais à mon barbecue familial et ma sœur jumelle et moi défendions notre championnat de course à trois pattes, et au milieu de la course, ma sœur a eu ses règles et nous avons dû courir jusqu’à la ligne d’arrivée et aller à la salle de bain toujours attachées ensemble pour qu’elle puisse se changer. » Dear Kate et THINX utilisent des principes similaires : une combinaison en couches de tissus spéciaux conçus pour extraire le liquide du corps et le coincer dans le sous-vêtement afin qu’il ne coule pas. Les sous-vêtements Dear Kate sont constitués de trois couches : deux qui évacuent l’humidité et une qui empêche les fluides de s’écouler sur vos vêtements. Les couches absorbantes sont en microfibre de polyester, ce qui aide à évacuer l’humidité du corps vers le matériau. Les microfibres sont, comme leur nom l’indique, pleines de fibres minuscules. Cela aide en effet à piéger les liquides, qui doivent ensuite naviguer dans un labyrinthe géant de super petits filaments lorsqu’ils se déplacent à travers le matériau. Ainsi, au lieu de tirer à travers les canaux géants présents dans d’autres types de fibres, le liquide se déplace lentement dans les microfibres, ce qui l’empêche de fuir. La couche externe de Dear Kate est composée d’un mélange de nylon et de lycra et d’une finition repoussant les liquides. Tout cela se combine à un sous-vêtement pouvant contenir jusqu’à trois cuillerées à thé de liquide à la fois, sans laisser de fuites sur votre pantalon.

La conception de THINX est similaire, elle utilise aussi un système de couches. Agrawal n’entrerait pas dans les détails des matériaux utilisés, mais les brevets des produits THINX décrivent un système de multicouches comprenant une « couche de polymère imperméable à l’humidité, » une « couche absorbant l’humidité » et une « couche absorbant les fluides ». Ils ont une variété de modèles, le plus absorbant pouvant contenir jusqu’à cinq cuillères à café de liquide.

Sygiel et Agrawal ont tous deux passés des années à tester diverses combinaisons de fibres et de couches pour obtenir leurs produits. Pour Sygiel, le grand défi consistait à fabriquer quelque chose qui n’avait pas de doublure en plastique. Elle a examiné ce qui existait déjà et a remarqué que chaque motif comportait une couche de polyuréthane en plastique. « Quand nous avons développé cela, j’ai contacté beaucoup de gens qui travaillaient dans des fabriques de tissus », dit-elle. « Et quand je leur ai dit à tous que nous voulions fabriquer un produit résistant aux fuites, ils nous ont dit que si vous voulez qu’il soit extensible, vous devez mettre un stratifié de polyuréthane plastique entre les couches de tissu. »

Comment utiliser une culotte menstruelle

Utiliser une culotte menstruelle est si simple que vous aurez du mal à retourner aux protections hygiéniques classiques. Très confortable, on pourrait même dire sans avoir peur de se tromper qu’elle est la protection hygiénique la plus facile à porter du marché. Faite en coton doux sans produits chimiques, ce qui prévient des irritations et autres démangeaisons intimes, et en tissus Oeko tex super absorbant, elle s’inscrit, comme la coupe menstruelle, dans la tendance des protections périodiques lavables et réutilisables écologiques et zéro déchet, très à la mode depuis ces dernières années.

La culotte menstruelle se porte comme votre lingerie classique : vous l’enfliez le matin (ou le soir avant d’aller dormir) et elle se charge du reste. C’est elle qui travaille pour que vous vous sentiez au sec tout au long de votre cycle menstruel. Elle est tellement absorbante (il vous faudra, au moment de votre acquisition, décider du niveau d’absorption en fonction de vos flux, abondants ou non) que vous n’aurez pas à la changer dans la journée ou la nuit. Bien qu’il soit conseillé d’en avoir plusieurs dans sa garde robe (pour bénéficier de son pouvoir aussi longtemps que le garantissent les marques, c’est à dire dix ans !), une seule culotte peut être réutilisable de centaines voire des milliers de fois, pendant plusieurs années. Sans substances chimiques, les plus sensibles d’entre nous peuvent l’essayer sans craindre irritations intimes ou choc toxique pour leur vagin. A la différence des serviettes lavables qui, grâce à leurs ailettes, vous protègent également très efficacement mais doivent être changées dans la journée, avec une culotte menstruelle vous oublierez que presque que vous avez vos règles. Comme elle est très discrète et adaptées aux règles très abondantes, elle s’utilise aussi aisément en cas de fuites urinaires ou de retours de couches.

Pour la laver, c’est très simple : rincez-la à l’eau froide et lancer votre machine de linge délicat habituel. Puis laissez-la sécher à plat (évitez le sèche linge) et bénéficiez de son esthétique et sa commodité à nouveau. Un jeu d’enfant, qui vous fera très vite oublier tampons et serviettes !